Site de Maître Denis LELIÈVRE Avocat

Vous êtes ici: Page d'accueil
Suivant: Immobilier Administratif Commercial Pénal Consommation Étrangers Correspondant Actualités
Général: Qui suis-je ? Publications Contacts Foire aux questions Le premier rendez-vous chez un avocat Les honoraires Liens Mentions légales

Rechercher:

Foire aux questions

Comment se passe le premier rendez-vous ?

Compte tenu de l'importance que se posent légitimenent les justiciables, une page spécifique de ce site est consacrée à cette question.

Je vous invite à vous y rendre en cliquant sur le lien ci-dessus.

Comment prendre contact avec moi ?

Par courriel, téléphone, télécopie ou courrier postal. Vous trouverez plus de détails dans la page Contacts de ce site.

Quand faut-il consulter un avocat ?

Le plus tôt possible, sans attendre que le problème ne se pose, pour tenter de l'empêcher avant qu'il ne survienne ;

Combien de fois ai-je rencontré des clients qui, par exemple, avaient signé un contrat sans en comprendre tous les enjeux et sont venus me voir malheureusement trop tard, après coup.

Bien sûr, même dans ces cas, il reste souvent quelque chose à faire dans l'intérêt du client mais il est préférable à tous égards d'anticiper les difficultés en consulant un avocat en amont.

Pourquoi consulter un avocat ?

En premier lieu, pour prendre conseil, au moment de rédiger certains actes juridiques notamment certains contrats complexes, les statuts de sociétés ou d'association...

Certains litiges prévoient le recours indispensable à un avocat, mais même là où il n'est pas obligatoire, il est très souvent utile, parce que le Droit est très technique. Que dire alors des règles de procédure !

Le vocabulaire juridique est parfois déroutant pour un profane , il vaut mieux alors faire appel aux services d'un spécialiste.

Dans les affaires contentieuses, l'avocat élabore une stratégie de défense de concert avec son client, définit une argumentation juridique et rédige en conséquence des écritures judiciaires dans l'intérêt de ce dernier.

L'avocat, en outre, peut tenter une négociation avec la partie adverse en toute sécurité : les échanges de courrier entre avocats sont soumis à la confidentialité la plus absolue et ne peuvent pas être ensuite utilisés dans le cadre de la procédure.

Il est là pour tenir son client informé du déroulement de son affaire, et veiller à l'issue du procès à la parfaite exécution du jugement, par les adversaires condamnés.


Le procès est-il inévitable ?

Dans la mesure du possible, il vaut mieux essayer de négocier avec la partie adverse. Je m'y emploie systématiquement, sauf instructions contraires du client.

C'est seulement si la négociation n'a pas abouti, ou dans certains cas où c'est inévitable, qu'il devient nécessaire de mener la procédure à son terme.

Je mets alors tout mon talent à préparer un dossier le plus conviancant possible, en vue de la plaidoirie quand il y en a une.

Suis-je sûr de gagner ?

Certes, en général personne n'est jamais sûr de gagner un procès ; même quelqu'un qui s'estime dans son bon droit peut perdre en justice, parce qu'il existe ce qu'on appelle "l'aléa judiciaire", car le jugement à rendre dépend de tellement de paramètres dont le client ou son avocat ne maîtrisent pas toutes les implications.

Mais il faut mettre le maximum de chances de son côté, ce à quoi je m'efforce de parvenir.

Notamment, une vraie relation de confiance doit s'instaurer entre l'avocat et son client : celui-ci ne doit rien cacher à son conseil, surtout pas les éventuels aspects négatifs de son affaire ; un obstacle apparent n'est pas toujours insurmontable, mais encore faut-il en avoir connaissance.

Il est du devoir de l'avocat de tout mettre en oeuvre pour défendre au mieux les intérêts de son client, notamment en ayant une connaissance parfaite de son dossier, ainsi que du droit applicable et de ses évolutions, même et surtout les plus récentes.

En ce qui me concerne, je me tiens informé régulièrement des modifications législatives et réglementaires, ainsi que des principales décisions de justice rendues (ce qu'on appelle la jurisprudence).

L'avocat doit, en outre, tenir régulièrement son client informé des évolutions de son dossier, ce que là aussi je m'emploie scrupuleusement à faire, par écrit (lettre, télécopie ou courriel) ou par téléphone.


Un avocat, combien celà coûte-t-il ?

Les Avocats sont soumis à des règles déontologiques très fortes.

Ainsi, le mode de détermination des honoraires est prévu à l'article 10 de la loi du 31 décembre 1971 (loi n°71-1130), qui dispose que :

" Les honoraires de consultation, d'assistance, de conseil, de rédaction d'actes juridiques sous seing privé et de plaidoirie sont fixés en accord avec le client.

A défaut de convention entre l'avocat et son client, l'honoraire est fixé selon les usages, en fonction de la situation de fortune du client, de la difficulté de l'affaire, des frais exposés par l'avocat, de sa notoriété et des diligences de celui-ci.

Toute fixation d'honoraires, qui ne le serait qu'en fonction du résultat judiciaire, est interdite. Est licite la convention qui, outre la rémunération des prestations effectuées, prévoit la fixation d'un honoraire complémentaire en fonction du résultat obtenu ou du service rendu. "

N'étant guère en mesure d'apprécier la difficulté de l'affaire avant de l'avoir examinée, par la consultation d'un dossier écrit ou lors d'un rendez-vous en mon Cabinet, je ne puis donc pas déterminer le montant de mes honoraires avant cette prise de connaissance.

Sachez que je facture ordinairement le premier rendez-vous 180 € TTC pour une heure, sauf tarif plus avantageux éventuellement applicable. Le premier rendez-vous dure en général entre trois quarts d'heure et une heure, mais ce peut être davantage si nécessaire, ou moins, pour les affaires simples.

Pour les honoraires suivants, le mode de leur détermination est fixé à l'issue du premier rendez-vous : forfait, taux horaire, panaché ou non d'un honoraire de résultat... ainsi que les modalités de paiement, en tenant compte là aussi des capacités financières du client, un étalement des honoraires est envisageable.

Mon taux horaire de base est de 200 € HT, soit 240,00 € TTC.

Un contrat écrit entre avocat et client peut même être établi, ce qui s'appelle une convention d'honoraires. Elle n'est pas obligatoire, sauf exceptions, mais elle est toujours recommandée.

Si vous avez d'autres questions à me poser...

n'hésitez surtout pas à prendre contact avec moi, je serai à votre disposition pour y répondre.


Aller à: Contacts Le premier rendez-vous chez un avocat